Chaque étape de la vie d’un fumeur est ambivalente : il voudrait, à la fois, continuer de fumer et être en bonne santé. La difficulté que rencontre le fumeur provient du fait que les avantages à continuer de fumer sont, à court terme, plus importants que les inconvénients et que tous les inconvénients surgissent à plus long terme.

  

Le sevrage tabagique que nous préconisons est un accompagnement efficace et décisif destiné à ceux qui désirent vraiment cesser de fumer. Parmi les différentes toxicomanies, l’impact de l’hypnose sur le sevrage tabagique est un des plus connus et des plus efficaces.

 

Ce sevrage tabagique se fait en trois consultations individuelles consécutives à sept jours d’intervalle. Notre méthode repose sur l’utilisation de l’hypnose, mais également sur des usages relevant de la thérapie comportementale brève, ce qui augmente grandement le taux de réussite constaté à un an.

 

Une importante analyse d’études sur l’hypnose comme aide au sevrage tabagique (Chockalingam et Schmidt 1992) (48 études, 6.020 sujets) a constaté que le taux de d’abstinence moyen pour ceux employant l’hypnose était de 36%, faisant ainsi de l’hypnose la méthode la plus efficace trouvée dans cette étude.

 

% qui a arrêté de fumer

nb. de sujets

nb. d’études

Hypnose

36

6020

48

Divers

35

1400

10

Conseil (patients pulmonaires)

34

1661

17

Thérapie par aversion à la fumée

31

2557

103

Clinique de sevrage de groupe

30

11580

46

Acuponcture

30

2992

19

Méthodes d’information sur le lieu de travail

30

976

13

Autres techniques par aversion

27

3926

178

Plans à 5 jours

26

7828

25

Méthodes par aversion

25

1041

26

Education (initiatives de promotion de la santé)

24

3352

27

Médication

18

6810

29

Interventions du médecin traitant (plus que conseil)

18

3486

16

Chewing-gum à la nicotine

16

4866

40

Auto thérapie (self-help)

15

3585

24

Conseil du médecin traitant

7

7190

17

 

L’hypnose apparaît comme la méthode de traitement la plus efficace pour le sevrage tabagique (à l’exception des groupes qui sont fortement motivés à arrêter pour raisons médicales, tels que ceux avec des problèmes cardiaques ou pulmonaires).

Une étude plus récente par Ahijevych et autres (2000), fournit un chiffre global semblable pour le succès de l’hypnose.

Ces données sont extraites d’une étude comparative particulièrement fournie que l’on peut retrouver dans son intégralité à l’adresse suivante : http://www.stopsmokingfrance.com/Rapport.pdf

 

 

---